Recherche :
 
recherche avancée

 

 

facebook Millennia2015 facebook
Millennia2015
Twitter @Millennia2015

@millennia2015

  #M2025

Infos
Register
Inscription

Think Tank
DataBase
Donate
Faites un don

 

 

 
Contenu de cette section :
 

Vous êtes ici :   Accueil   


 
24/11/2011 100 ans au féminin pluriel - Intervention de Marie-Anne Delahaut

Author: Millennia2015

Source: Canal C

 

 

Canal_C_MAD 

100 ans au féminin pluriel - Intervention de Marie-Anne Delahaut

Canal C

 

A l'occasion de la soirée "les Namuroises du centenaire" organisée le 8 novembre 2011 par le réseau namurois "100 ans au Féminin Pluriel", Marie-Anne Delahaut, responsable fondatrice de Millennia2015, a participé à l'émission Point Barre de la chaîne namuroise Canal C, le 14 novembre 2011

 

Opération "Namuroises du Centenaire"

 

Le réseau de femmes « 100 ans au Féminin Pluriel » place l'égalité des chances au coeur de ses préoccupations. Rassemblant des associations et des particuliers sensibles à la cause des femmes, il est né le 21 septembre dernier à Namur (Belgrade). Comme premier projet, il porte le projet des « Namuroises du centenaire ». Cette opération consiste à valoriser des femmes originaires de l'arrondissement de Namur, dont le parcours contribue à changer le statut et l'image de la femme. 

 

Cette manifestation est organisée, alors que le 8 mars dernier, la Journée internationale des femmes a eu 100 ans. L'année 1911 avait en effet été marquée par des manifestations impressionnantes dans un grand nombre de pays d'Europe et des Etats-Unis. Au total, un million de femmes étaient descendues dans la rue pour demander une amélioration de leurs conditions de travail. 

 

En cette année anniversaire et dans la foulée de la manifestation « 100 femmes d'exception », qui s'est tenue au Sénat, le 2 mars dernier, l'association « 100 ans au Féminin Pluriel» organise un Forum « Quand les femmes s'en mêlent », le 8 novembre prochain, soit la veille de la Journée belge des femmes (le 11). Le but de cette soirée est de mettre à l'honneur des « Namuroises du centenaire », dont le parcours original peut en inspirer d'autres. 

 

Cette rencontre a pour objectif de rassembler des femmes de générations différentes, issues de tous les secteurs, qui pourront partager leur expérience. Elle entend aussi sensibiliser le grand public à l'égalité des chances et promouvoir cette dernière en favorisant la solidarité, l'entraide et les réseaux féminins. 

 

Les quatre "marraines" élues parmi les Namuroises du Centenaire sont :

 

Suzanne Boonen-Moreau, Catherine Henry, Mariette Delahaut et Marie-Anne Delahaut : 

 

 Marraines src="/images/contenu/Images_Infos_reseaux/2011_11_10_Namuroises_du_centenaire.jpg" du des ?Namuroises Centenaire?

Photo : Aurélie Comps

 

http://www.fce-vvb.be/wp-content/uploads/2011/10/Namuroises-du-centenaire-information.pdf

 

Extrait des interventions de Marie-Anne Delahaut

lors du débat mené par Daphné Bertrand, en compagnie de Suzanne Boonen-Moreau, Barbara Hediger, Catherine Henry, Laurence Lesire et Anne Ogier

 

Millennia2015, dont le titre générique est "Femmes actrices de développement pour les enjeux mondiaux", est un processus de recherche prospective. Je l'ai démarré en 2008 parce que, en participant au Sommet mondial sur la société de l'information des Nations Unies, j'ai vu que la situation des femmes au plan mondial - je pars donc du local jusqu'au global -  était vraiment riche : nous ne parlons pas de femmes plaintives, nous prenons en compte la situation spécifique des femmes et avec elles nous envisageons des solutions. Nous avons 80 pays participants pour le moment, 8.000 membres at large et des personnes contribuent à ce réseau avec un projet mis en œuvre maintenant, qui est le travail sur un "Plan d'action pour l'autonomisation des femmes" qui sera finalisé à l'UNESCO en 2012, car Millennia2015 s'est gagné le patronage de l'UNESCO. Toutes les femmes sont associées et bienvenues, sur www.millennia2015.org.

 

L'enjeu de l'évolution pour les femmes, qui ont montré qu'elles sont effectivement compétentes - qu'elles soient diplômées ou pas -, qu'elles ont de l'énergie, de la créativité, c'est de ne pas faire une scission à nouveau entre les hommes et les femmes. La société doit se développer en bon équilibre entre les femmes et les hommes. Et dans le travail que je fais, justement avec de nombreux pays, j'ai été surprise de constater que 30% d'hommes répondaient à l'enquête pour envisager le plan de la santé, de l'éducation, des droits, de la formation, des violence faites aux femmes. Les hommes sont impliqués. C'est quelque chose de très important et peut-être parlera-t-on d'éducation ensemble par rapport à cela !

 

L'éducation, à la base, devrait prendre en compte dès la plus petite enfance le fait que les filles et les garçons ont un rôle complémentaire à jouer dans la société et qu'il n'y en a pas un qui est supérieur ou inférieur à l'autre. Cette égalité doit être mise en œuvre au plan de l'éducation et c'est profondément important. Il y a donc l'éducation d'une part, les stéréotypes d'autre part : ils sont portés très souvent par les médias, par les publicités, par des conversations, par tout ce qui se passe sur un plan public et c'est aussi quelque chose qu'on pourrait parvenir à résoudre. Il ne s'agit pas de parler d'interdiction, ce n'est pas cela qui marchera : il faut jouer sur le plan de l'éducation, convaincre les jeunes garçons, les jeunes hommes, les hommes, du fait que les femmes ne sont pas des jouets. Tout part de l'éducation. Il faut aussi donner la chance aux hommes d'être valorisés en disant "Voilà, moi je suis papa, je viens d'avoir un bébé", ou bien "je vais chercher mes enfants à l'école", ça doit être valorisant pour un homme aussi.

 

Je pense qu'il ne faut pas que le résultat de cette émission soit de dire que nous avons contacté des femmes d'une élite, ce qui serait pris de manière négative par les personnes qui vont regarder cette émission. Nous devons donner une place à toutes celles qui se battent et qui n'ont pas l'occasion de faire des études ni d'avoir nécessairement un métier, à toutes celles qui vivent dans l'illettrisme, toutes celles qui sont immigrées, qui ont courageusement établi une situation dans un pays, dans celui-ci ou un autre, mais qui sont des femmes déplacées. A tous niveaux, toutes les femmes méritent d'être des "femmes d'exception" par leur courage, par leur ambition, par le silence qu'elles mettent sur le travail qu'elles font au quotidien, c'est quelque chose d'infiniment important.

 

Par rapport à l'ensemble du monde, la solidarité existe entre les femmes et donc, en ce qui me concerne, avec Millennia2015, j'ai instauré l'internet solidaire en développant l'accès pour les femmes qui n'ont pas cette opportunité. Avec la solidarité, on peut considérer l'accès aux études, l'accès aux professions mais on doit aussi lutter contre les violences faites aux femmes, on doit aider celles qui n'ont pas les moyens, celles qui dans des pays comme la République démocratique du Congo par exemple, sont victimes de violence. Cette solidarité doit permettre l'étude de solutions et nous les proposons avec Millennia2015 aussi.

 

 

=> Lien direct vers la vidéo: http://www.canalc.be/content/view/9311/577/

 

 

===

Back/Retour => Via Millennia 2015

 

 

   
   
 

 

  Millennia2025 Woment and Innovation Foundation  

Millennia2025
Women and Innovation Foundation,
Public Utility Foundation

 

Fondation Millennia2025
Femmes et Innovation,
Fondation d'utilité publique

 

 

Institut Destrée - The Destree Institute

The Destree Institute, NGO official partner of
UNESCO (consultative status) and 
in Special consultative status with
the United Nations ECOSOC since 2012 

 

L'Institut Destrée, ONG partenaire officiel de
l'UNESCO (statut de consultation) et 
en statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC
des Nations Unies depuis 2012

 

 

UNESCO

Millennia2015
International conference,

with the patronage
of the UNESCO 

 

Conférence internationale
Millennia2015,

avec le patronage
de l'UNESCO

www.millennia2015.org    ©   Institut Destrée - The Destree Institute