Recherche :
 
recherche avancée

 

 

facebook Millennia2015 facebook
Millennia2015
Twitter @Millennia2015

@millennia2015

  #M2025

Infos
Register
Inscription

Think Tank
DataBase
Donate
Faites un don

 

 

 
Contenu de cette section :
 

Vous êtes ici :   Accueil   


14/08/2011

Paroles de femmes : quelle vision de l'avenir pour neuf femmes sénégalaises ?

Auteur : Millennia2015

Source : Millennia2015

 

 

Millennia2015_vision_avenir_femmes_senegalaises

Paroles de femmes : quelle vision de l'avenir pour neuf femmes sénégalaises ?

Millennia2015

 

Extrait du compte-rendu

 

Astou Diouf, Conseillère technique chargée des affaires juridique du ministère de la famille, des organisations féminines et de la protection de l'enfance croit en la loi instituant la parité absolue hommes/femmes dans les Assemblées totalement ou partiellement électives voté le 14 mai 2010 par l'Assemblée Nationale du Sénégal. Elle considère que cette mesure est "révolutionnaire" et qu'elle

devra passer en douceur dans le respect des valeurs et de la culture sénégalaise afin d'éviter qu'elle ne provoque un "effet inverse et amène à la création de mouvements masculinistes."


Marème Kébé, fonctionnaire d'une ONG qui oeuvre pour le respect de l'environnement croit au potentiel des femmes et à la nécessité de les soutenir dans leur processus d'autonomisation car "le up ne doit pas décider pour le down." Les femmes qui représentent le down doivent "contribuer à la vie active dans l'espace où elles s'agitent." De plus, elle ajoute que le développement des femmes doit se faire dans le respect de la culture qui "est le socle de la société civile." Il ne s'agit pas d'importer un modèle de développement mais de créer un modèle de développement par les femmes et pour les femmes sur la base des valeurs propres à chaque société : "ouverture ne veut pas dire bouleversement de nos moeurs, de notre culture", rappelle-t-elle.


Aminata Sylla vit en France depuis plus de 20 ans. Elle est fonctionnaire, agent technique dans un établissement scolaire et qui souligne que l'éducation et l'avenir de ses enfants reste une des priorités et celles de beaucoup de femmes. La femme est la première à vouloir la réussite de ses enfants. Après même si elle n'arrive pas à réussir, elle veut que ses enfants réussissent, c'est une fierté pour une femme." Elles croient à l'évolution de la place des femmes dans la société rurale et en particulier dans son village et note qu'en dix ans les femmes se sont prises en charge, "maintenant elles commencent à se révolter, elles ont leur association, elles font leur jardinage.", dit-elle.


Fatimata Ndiaye, est commerçante sur les marchés hebdomadaires dans la région de Diourbel. Elle souhaite assurer un avenir meilleur à ses enfants en leur offrant ce qu'elle n'a pas reçu: la possibilité d'étudier. Selon elle, l'éducation reste une des principales clés pour le développement. Les femmes doivent avoir la volonté de lutter et de s'autonomiser car elles "resteront derrière si elles ne participent pas au développement."


Marème Bouyot Sylla a eu la chance de poursuivre ses études afin d'obtenir le diplôme de sage-femme d'Etat. Elle a été soutenue par les membres de sa famille et en particulier par sa mère qui a dû abandonner ses études afin de se marier. Face aux difficultés rencontrées par les femmes de son village, elle a choisi de s'orienter vers le milieu médical afin de venir "en aide aux femmes de son village bien qu'exerçant en dehors de sa région d'origine." Face aux pressions familiales et des traditions elle déclare que "les femmes devront se battre sur tous les plans pour être indépendantes financièrement et intellectuellement."


Coumba Dakar Sylla vit dans le village de Gassé Doro. Jeune femme célibataire, elle soutient sa mère dans la gestion des tâches quotidiennes. Croyante, elle "met son avenir entre les mains de Dieu."

 

Coumbis Thiam est une jeune femme célibataire de 24 ans. Pour elle, le développement serait possible grâce à l'accès des femmes à la formation. Tout en laissant son avenir au "grand Dieu", elle agit pour son développement en exerçant de petites activités commerciales ponctuelles.


Cira Ndiaye Sylla est une maman de cinq enfants, chef d'agence de microcrédit. Selon elle, "il faut faire preuve de beaucoup de courage et de persévérance" en tant que femme et surtout en tant que femme toucouleur car les traditions résistent. Elle souligne que la loi sur la parité conduira à "l'autonomie et à la parité au niveau scolaire et professionnel mais n'aura aucune influence au niveau familial." Elle insiste sur la nécessité pour les femmes de se doter de moyens et "d'être présentes partout en scolarité et dans les filières scientifiques pour occuper certains postes dans l'aéronautique ou en tant que directrice générale d'une société par exemple."


Aïssatou Babo Diop est présidente des associations féminines du département de Ranérou et de l'association régionale de Matam. Face à la situation des femmes dans son département, elle a décidé de créer une association afin de regrouper les compétences et la volonté des femmes pour le développement en exerçant diverses activités génératrices de revenus: maraîchage, teinture ou encore savonnerie. Elle affirme que l'autonomisation des femmes dans les zones rurales passe par la sensibilisation: "avec la sensibilisation des femmes, la loi devrait marcher. La sensibilisation est très importante surtout pour les femmes rurales. Les femmes urbaines peuvent savoir mais pour les femmes rurales, il faut faire beaucoup de sensibilisation sur ce sujet."


Ces entretiens retranscrits en respectant la parole de chaque femme témoigne de la multiplicité des situations rencontrées par des femmes d'un même pays mais également de leur volonté à assurer leur développement et leur autonomisation pour elle-même et pour leur famille.

 

 

=> Lien direct vers le rapport de 50 pages: 

     /files/files/Publications/CoumbaSylla_Vision_avenir_femmes_senegalaises_2010_11_24.pdf

 

 

===

Back/Retour => Via Millennia 2015

   
   
 

 

  Millennia2025 Woment and Innovation Foundation  

Millennia2025
Women and Innovation Foundation,
Public Utility Foundation

 

Fondation Millennia2025
Femmes et Innovation,
Fondation d'utilité publique

 

 

Institut Destrée - The Destree Institute

The Destree Institute, NGO official partner of
UNESCO (consultative status) and 
in Special consultative status with
the United Nations ECOSOC since 2012 

 

L'Institut Destrée, ONG partenaire officiel de
l'UNESCO (statut de consultation) et 
en statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC
des Nations Unies depuis 2012

 

 

UNESCO

Millennia2015
International conference,

with the patronage
of the UNESCO 

 

Conférence internationale
Millennia2015,

avec le patronage
de l'UNESCO

www.millennia2015.org    ©   Institut Destrée - The Destree Institute